Les dons de l’Esprit et moi

Témoignage des participants au pèlerinage sur la Via Francigena (6e étape) du 17 au 25 octobre 2019

J’ai appris la persévérance mais surtout que l’amitié et la solidarité étaient bien plus que des mots !

Je prends ces dons comme une arme de lumière offerte par Dieu pour me retrouver, en premier lieu, puis pour m’aider à accomplir ma mission.

L’attention des uns pour les autres… La volonté et la générosité de tous pour faire avancer et progresser le groupe… Tels furent les dons de l’Esprit que j’ai pu voir à l’œuvre entre nous…

Passer une semaine entourée de personnes qui peuvent nous pousser vers le haut ne peut que redonner de la force à ma foi !

Le pélerinage m’apporte beaucoup de bonheur, de joie et de sérénité, que ce soit dans les temps spirituels ou lorsque l’on marche.

Je sens que ce pèlerinage est vraiment important pour moi et renforce ma foi. À chaque pélerinage, je me rends compte que j’ai raison de faire confiance à Dieu et que j’aimerais continuer à lui faire confiance.

Ce fut une expérience incroyable ! Elle m’a apporté tellement ! Au niveau des sept dons de l’Esprit comme le conseil, la force, qui m’ont émue lors des temps spirituels…

Ce pèlerinage m’a apporté la découverte de nouvelles personnes et qui sont maintenant des amis, de la paix intérieure, il a musclé mon mental … et encore plein d’autres choses.

Je trouve que le pélerinage est aussi une manière pour moi d’interagir avec Dieu et de pouvoir vivre ma foi à ma façon.

J’aimerais partager autour de moi la volonté, la paix et la solidarité de chacun. Pouvoir échanger sans pudeur par rapport à ma foi.

J’aimerais réussir à apporter une écoute qui permettrait à mon entourage, à mes amis, de croître au travers de la discussion. Car je n’ai jamais vécu d’échanges plus intenses et constructifs que lors du pélerinage !

Le pèlerinage est aussi une magnifique manière de se retrouver avec soi-même et avec Dieu et où le jugement est mis de côté pour faire place à beaucoup de bienveillance, de rires et d’émotions…

Les liens de solidarité qu’on crée nous aide à tous y arriver : « Tout seul on va plus vite, mais ensemble on va plus loin. »

Ce pèlerinage m’a fait grandir par les rencontres et les partages de vie et d’expériences. J’ai aussi appris de moi-même et de mes limites tout autant physiques que psychologiques.

Ce pèlerinage m’a forgé le moral et la diligence des autres m’a permis de rester forte coûte que coûte.

Ces jeunes sont témoins de Dieu à l’œuvre dans nos vies ! Je suis si impressionnée de les voir s’engager totalement : intensité de ce concentré de vie de neuf jours ! L’entraide, l’union, la solidarité, …

J’ai compris beaucoup de choses ; rencontré des personnes incroyables et gaies ; pris conscience que Dieu est toujours avec nous d’une manière différente pour chacun.

Ce pèlerinage m’a apporté une pause, un moment de calme et le courage d’avancer plus loin dans cette vie, un pied devant l’autre. Il m’a permis de mieux me comprendre et de continuer plus loin sur la voie du Seigneur.

Voir les images


 

 

25 ans de pastorale de rue à Fribourg

Compte-rendu du jubilé des 3 et 7 octobre 2019

A l’automne 2019, la pastorale de rue a fêté ses 25 ans de présence en gare de Fribourg. Si l’on remonte aux origines, il faut évoquer une rencontre entre une jeune, Sonia, et une religieuse, Sœur Danièle Perrier. La jeune avait besoin de partager un peu de sa réalité et elle a pu déposer une partie de son fardeau aux oreilles de Sœur Danièle. C’était le début d’une histoire qui dure. Une histoire faite d’écoute, à l’image du premier commandement rappelé par Jésus lui-même dans l’évangile selon saint Marc (12, 29). L’écoute découle du besoin relationnel de tout être humain. Que ce soit Alexandre, Jeanne, Kevin ou Chadia (prénoms d’emprunt), tous sont unanimes : s’ils aiment venir en gare, c’est tout d’abord pour y rencontrer d’autres personnes. Pour certains, la gare constitue même leur unique lieu de socialisation. Se dire, se raconter, se rencontrer… autant de verbes et de réalités qui se croisent et s’animent mutuellement.

Concrètement, la petite équipe de la pastorale de rue assure des temps de présence en semaine durant la période scolaire pour être là, à l’écoute, seul ou à deux parfois. Il s’agit alors, dans beaucoup de cas, d’aller vers les personnes et d’initier un échange, une conversation. Avec le temps, certains usagers de la gare viennent spontanément vers nous. Les échanges peuvent porter sur des sujets très divers, parfois un peu futiles et parfois beaucoup plus profonds et graves. Pour fêter son jubilé, la pastorale de rue vous propose une exposition et une table ronde sur les regards que l’on pose les uns sur les autres. Un regard qui fait la place belle à l’art (musique, poésie, peinture ou autre) avec des réalisations des personnes rencontrées dans le cadre de la pastorale de rue. Pour rendre grâce de l’émerveillement de ces 25 ans de rencontres, une messe sera également célébrée dans un bistrot attenant à la gare. Bienvenue à chacun-e !

Jean-Marc Buchs

Lire l’article de cath.ch

Voir les images


 

La prière de Taizé fait le plein à Bulle !

Compte-rendu de la prière du mois de janvier 2019

Depuis plusieurs années, c’est une habitude que des chrétiens, tant réformés que catholiques, se rassemblent chaque dernier vendredi du mois pour vivre un temps de prière et chants selon la spiritualité de Taizé. Ces rencontres s’alternent entre le Temple réformé et le local de l’aumônerie du CO de Bulle.

Ce dernier vendredi de janvier, au cœur même de la semaine de prière pour l’Unité des chrétiens, le nouvel espace d’aumônerie n’était pas trop grand pour accueillir la cinquantaine de jeunes et les adultes qui les ont rejoints pour vivre cette démarche ! Qu’ils soient futurs pèlerins sur la Via Jacobi en juin prochain ou membres de l’aumônerie du CO de la Tour-de-Trême, la joie et l’enthousiasme étaient tels, avant la prière, que quelques doutes jaillirent dans la tête des adultes sur la capacité de ces jeunes à retrouver calme et profondeur pour vivre l’expérience de prière proposée…

Car oui, la prière de Taizé a quelque chose de surprenant et d’exigeant en même temps : au cœur des refrains répétés sous forme d’osinatos, après une lecture biblique, s’installe durant de longues minutes … le silence. Ce silence si souvent absent de nos vies trépidantes, ce silence si souvent rompu afin de briser un sentiment de gêne ou pour nous empêcher de trop réfléchir… le voilà qu’il s’invite au cœur de la prière ; suggérant à chacun de veiller…. sur le silence de l’autre dans un élan de rare solidarité.

Ce soir le silence fut d’or, et j’aimerais par ces lignes vous en remercier chers jeunes ! Vous avez prouvé une fois de plus que vous êtes capables de grandes choses et que, notre devoir d’accompagnants est de vous faire confiance. Le chemin de l’unité des chrétiens (et plus largement de la famille humaine) est certes encore long, il sera jalonné parfois d’incompréhensions et de doutes,… ce vendredi il fut rempli par la présence et la prière de ces nombreux jeunes, entourés d’une belle poignées d’adultes ; parents ou habitués, qui tous ont laissé raisonner dans leur cœur la prière de Jésus : « Que tous soient UN » (Jn 17,21).

Olivier Essacaz


 

 

Sous le soleil du Panama

Témoignage d’une participante aux JMJ de Panama du 22 au 27 janvier 2019

Parmi les milliers de jeunes qui ont vécu au mois de janvier dernier les JMJ à Panama, il y avait près de 160 Suisses, dont 90 germanophones, 20 italophones et 50 francophones. Une quinzaine de jeunes fribourgeois ont participé à l’aventure. Certains jeunes sont partis le 15 janvier, d’autres les ont rejoints le 20 janvier, mais tous sont rentrés le 28 janvier après avoir vécu une expérience humaine et spirituelle intense. Témoignage d’une participante fribourgeoise :

“Après deux jours de voyage, nous voilà accueillis comme des rois dans une des paroisses de Changuinola, au nord du Panama. Malgré la fatigue, nous avons été entraînés dans leurs chants et dans leurs danses. La semaine dans ce diocèse a été ponctuée de visites dans la région, de rencontres au sein des familles qui nous ont choyés et de temps de prière joyeux. Les habitants de Changuinola avaient à cœur de nous montrer leurs traditions. C’est ainsi qu’un après-midi, deux autres pèlerins et moi avons été habillés en costume panaméen. Les vêtements, les coiffs et le maquillage étaient superbes, nous étions méconnaissables. Leur aptitude à accueillir et leur disponibilité nous ont fortement marqués. Par exemple, nous voulions aller à la plage alors que ce n’était pas prévu. Pas de problème : en une nuit convoi spécial, bus et bateaux étaient prêts à emmener tout le monde sur le sable fin de Bocas del Toro.”

Pauline de Gromard

Voir les images


 

Morat-Fribourg autrement

Témoignage de participants à la course Morat-Fribourg du 7 octobre 2018

Voir les images


 

Visite du Pape François à Genève

Compte-rendu dans le journal du CO de la Veveyse de l’évènement du 21 juin 2018


 

« N’aie pas peur ! »

Compte-rendu des JMJ nationales à Fribourg du 27 au 29 avril 2018

“N’aie pas peur” : tel était le thème qui a guidé les 1’000 jeunes présents à Fribourg du 27 au 29 avril 2018. La cathédrale St-Nicolas toute mise en lumière a ainsi vécu au rythme de ces jeunes venus de tous les cantons du pays pour se retrouver dans l’esprit festif et recueilli des JMJ. Édifiés par le témoignage d’Emily Wilson, jeune catholique américaine qui sillonne le monde pour partager sa foi, portés par les enseignement de la communauté des béatitudes, ou par la présence toute paternelle du cardinal Kurt Koch, les jeunes ont vécu un programme riche : enseignements, eucharisties, témoignage, ateliers, concerts, veillées de prière, louange. Un grand merci à tous les participants, bienfaiteurs, et organisateurs, pour ces belles journées de fête au cœur de Fribourg.

Paul Salles

Voir les images


 

Gagner du temps pour Dieu

Compte-rendu des rencontres européennes de Taizé à Bâle du 28 décembre 2017 au 1er janvier 2018

14 jeunes fribourgeois ont choisi d’offrir le samedi 30 décembre pour participer avec vingt mille autres jeunes à la rencontre européenne de Taizé à Bâle, durant une journée découverte. Le groupe fribourgeois a commencé la journée au monastère de Mariastein dans le canton de Soleure. Accueillis par le père abbé Peter von Sury les jeunes ont pu connaitre le lieu, sa légende et prier à midi selon le style de Taizé.

Puis ils ont gagné Bâle pour participer à l’atelier « Suivre sa passion, choisir sa carrière : peut-on gagner sa vie tout en contribuant au changement ? » animé par Carsten Rübsaamen, un entrepreneur social, qui a invité les plus de 250 jeunes présents à s’engager et à suivre leurs rêves ! Sauver le monde c’est le rêve de Nicolas, un des 14 fribourgeois partis pour cette journée découverte. Un rêve applaudit par toute la salle.

La journée s’est terminée dans une ambiance priante à la St. Jakobshalle, immense salle habituée à accueillir des spectacles et des événements de sport : des milliers de personnes qui faisaient la queue pour trouver la meilleure place, qui chantaient ensembles en différents langues et qui faisaient silence pour prier. À la fin de la veillée de prière, frère Alois a annoncé que ce sera l’an prochain au tour de Madrid, en Espagne, d’accueillir la rencontre de 2018. Rendez-vous donc le 28 décembre, cette fois-ci pour toute la rencontre !

D’ici là il y a toute une nouvelle année pour sauver le monde au nom de Dieu. Car pour cela il n’y a pas d’âge et tout le temps offert à Dieu est du temps gagné !

João Carita


 

X