Broye  | Fribourg&Ceinture  | Glâne-Veveyse  | Gruyère  | Sarine-Lac
 Agenda
 Groupes de jeunes
 Messe des jeunes
 Retour d'activités
 Photos
 Présentation FJ
 Equipe FJ
 Services
 Dons
 Liens
Rechercher dans le site
Pastorale jeunesse
Eglise catholique dans le canton de Fribourg
Boulevard de Pérolles 38
1700 Fribourg
026/426.34.50
fj@formulejeunes.ch

Flux RSS
Témoignages pour le Simplon 2012

TEMOIGNAGES des élèves du Collège Saint-Michel - RETRAITE AU SIMPLON (9-13 février 2012)

« La retraite au Simplon 2012 avec le Collège Saint-Michel s’est basée sur les écrits d’Etty Hillesum, une femme juive de naissance à la recherche de réponses spirituelles.
Le thème principal de cette retraite était la conversion, un thème particulièrement adapté au cadre de ces 5 jours : montagne et spiritualité.
Lors de différents petits groupes de discussion, nous avons pu échanger opinions, pensées, rêves et expériences. Nous avons eu la chance de faire la connaissance de personnes très chaleureuses et, unis sous un même toit durant quelques jours, nous avons pu faire des échanges uniques.
Ce toit, l’hospice du Simplon, est tenu par de pieux et preux chanoines, très accueillants et ouverts. A notre arrivée, après nous avoir familiarisés avec l’équipement de randonnée en raquettes et peaux de phoque, nous avons fait la « montée du caillou » qui, bien que courte, était tout de même assez éprouvante pour des premières heures en altitude.
Le deuxième jour, nous nous sommes attaqués au sommet du Spitzhörli, qui était la première grande montée (700m de dénivelé).
Le troisième jour, ce fut le sommet du Stadthorn (800 m de dénivelé), que nous avons vaincu et dont la descente a éprouvé pas mal d’entre nous, plus particulièrement les snowboarders.
Réveil extrêmement matinal à l’aube du quatrième jour, où notre but ultime était le Breithorn (à 3400m d’altitude). Cependant, pas tout le monde n’a atteint le sommet mais chacun d’entre nous reste tout de même fier de ce qu’il a accompli.
Pour la dernière soirée, chaque groupe a organisé une petite activité, que ce soit jeux de confiance, présentation des photos prises durant le séjour, massages de groupe et karaoké.
Nous avons passé des moments très forts ensemble lors de cette retraite et cette soirée était une belle manière de se dire au-revoir.
Durant ces cinq jours, nous avons appris à connaître une femme remarquable, Etty Hillesum, dont les citations nous ont accompagnés durant la retraite et que nombre d’entre nous garderont probablement en tête. »

Témoignages - RETRAITE AU SIMPLON (8-12 MARS 2012)

« Durant ces quelques jours passés au Simplon, j’ai eu l’occasion d’approcher deux domaines que je connais très peu : le premier étant les randonnées et le deuxième la spiritualité. Je suis venue à cette retraite pour deux raisons majeures : me retirer de la routine qui devenait oppressante pour pouvoir, à l’abri de celle-ci, me poser les questions essentielles sur ma vie et sur moi-même et dépasser mes limites physiques et mes peurs dans la pratique de la randonnée de haute-montagne.
Je pense que cette retraite a été très satisfaisante et a répondu à mes attentes dans ces deux domaines. Chaque journée formait une unité qui créait un rythme et un équilibre. L’effort sportif intense permettait à l’esprit de s’ouvrir et d’être à l’écoute. Si je ne devais retenir qu’une seule chose de ces 5 jours, je m’arrêterais justement sur cette ouverture les uns aux autres. Ouverture présente aussi bien dans les moments d’efforts physiques que dans les instants de partage et de discussion à l’hospice le matin avant de partir ou le soir.
Durant ces 5 jours nous nous sommes basés pour nos réflexions sur la vie et le journal d’Etty Hillesum, une jeune femme juive qui a vécu et subit les horreurs de la 2e guerre mondiale mais qui, malgré tout ceci, a gardé foi en l’amour de Dieu et en l’humanité. Ce témoignage m’a beaucoup touché comme il a, je le pense, touché la plupart des personnes présentes lors de cette retraite.
Etty parlait dans son journal de l’importance des liens entre les gens. Elle discute de deux choses qui m’ont beaucoup marquée à ce propos.
Tout d’abord, selon elle, il existe en chaque homme une part de Dieu, une étincelle. C’est cette part de Dieu en nous qui doit communiquer avec la part divine en l’autre en passant outre nos différences et ce qui nous sépare. C’est ce qui c’est passé durant cette semaine - malgré nos différences d’âge, de collège, de niveau physique - nous avons réussi à tous entrer en contact grâce aux discussions qui dépassaient les questions qui nous séparent mais s’intéressaient plutôt à ce qui nous nourrit tous, les questions fondamentales sur la vie, l’avenir, les choix, l’amour, la foi… Dans la randonnée, les plus forts aidaient les plus faibles et, malgré les grandes différences de niveau et la grande difficulté, c’est tous ensemble que nous sommes arrivés au sommet du Breithorn, haut de près de 3500 mètres. Une fois au sommet, ce n’était plus tant l’exploit individuel mais la réussite collective qui comptait et ceci nous a permis d’entrer dans une communion les uns avec les autres.
D’autre part, dans cette même idée, Etty disait qu’il suffit de trouver la bonté en une seule personne pour croire en la bonté de l’humanité. Et j’ai trouvé en tous ceux qui furent à mes côtés durant cette retraite cette extrême bonté. Ils étaient prêts à aider et encourager sans relâche, même dans les moments où l’on commençait à songer à abandonner.
Pour moi, cette retraite m’a permis de reprendre confiance en moi grâce aux exploits physiques accomplis mais également à reprendre confiance en l’autre par le partage qui nous a unis.
Pour terminer, je conseille vivement cette expérience à tous ceux qui aiment la nature et, en particulier, la montagne ; ceux qui recherchent leurs limites et veulent constamment se dépasser. Mais aussi à ceux qui veulent vivre une véritable expérience de vie de communion et de partage, qui n’ont pas peur de se remettre en question et de revoir le sens de leur vie. N’ayez aucune crainte ni quant à la difficulté physique, ni quant à l’aspect spirituel et intime du partage car, comme dans l’effort physique, ce sera à vous de fixer vos limites de ce que vous décidez de livrer aux autres ou non. Car c’est une retraite profondément humaine basée sur le respect et la compréhension de l’autre et non sur la compétition comme c’est trop souvent le cas dans notre société actuelle. »

Mélina

Je témoigne…

« Ces quelques jours de retrait de la vie quotidienne m’ont permis de faire de nouvelles connaissances et de raffermir celles que j’avais déjà. Certaines avec plus de plaisir que d’autres. J’ai appris à dépasser mes limites, aussi bien mentalement que physiquement.
Lorsque nous sommes montés au Breithorn, j’ai beaucoup souffert physiquement et j’ai dû me surpasser. Je suis arrivé au sommet finalement, sans oublier l’aide reçue d’un camarade. Les balades que nous avons faites étaient magnifiques et enrichissantes. On avait un sentiment de bien-être lorsque nous arrivions à un sommet et les paysages étaient fabuleux.
Sur le plan spirituel, j’ai appris à m’ouvrir un peu plus, à parler à des personnes que je ne connaissais pas forcément bien. Cependant, le côté religieux prenait une place trop importante à mon goût. Il aurait fallu plus de neutralité à certains moments, du point de vue de la religion. Malgré cela, cette retraite était une expérience très enrichissante pour moi et je conseille vivement à tous les adeptes de sport et de réflexions spirituelles de la faire. »

Richard